Histoire

article | Temps de Lecture5 min

Napoléon à Rambouillet

Aperçu de la salle de bains de Napoléon Ier avec son décor peint et sa méridienne blanche

Ancienne demeure royale, le château de Rambouillet s'impose rapidement comme l'un des séjours favoris de Napoléon, premier empereur des Français.

Napoléon sous le charme de Rambouillet

En novembre 1804, Napoléon Ier découvre pour la première fois Rambouillet. Le château est alors dans un bien triste état : tourelles effondrées, murs fragilisés, mobilier pillé... La Révolution française est passée par là. 

Pourtant l’Empereur est séduit par le charme du lieu et par la forêt qui l’entoure, promesse de belles parties de chasse. Il décide donc d’en faire un lieu d’intimité et de détente. Il y vient pour se reposer, pour se retrouver en famille, pour chasser. Le soir, des artistes célèbres tels que le comédien Talma ou le chanteur Crescentini sont invités pour des représentations intimistes dans les salons du château. Ici, à la demande expresse de l’Empereur, l’étiquette disparaît entièrement.  

Peinture représentant l'impératrice Marie-Louise assise en train de peindre le portrait de Napoléon Ier qui prend la pose debout
L'impératrice Marie-Louise faisant le portrait de Napoléon Ier

Photo (C) RMN-Grand Palais (Château de Fontainebleau) / Daniel Arnaudet

Mesdames, je vous laisse un quart d’heure pour faire votre toilette. Ceux qui ne seront pas prêts mangeront avec les chats...

Mais attention, il ne faut pas imaginer que l’Empereur oublie tout travail lorsqu’il est à Rambouillet ! Au contraire, bien des décisions sont prises ici et nombreux sont les généraux et ministres à y être convoqués. Napoléon continue de planifier l’avenir de la France. C'est là aussi qu’il rédige sa première lettre à Marie-Louise le 23 février 1810, dans laquelle il lui annonce la demande en mariage faite à son père, l’empereur d’Autriche.  

Portrait de l'impératrice Marie-Louise vêtue d'une robe blanche et coiffée de fleurs
L'impératrice Marie-Louise

Photo (C) RMN-Grand Palais / Hervé Lewandowski

  • 60 jours C'est le temps que Napoléon passe à Rambouillet ! Un chiffre non négligeable pour cet homme friand des champs de bataille...

De nombreux travaux d'embellissement

Quelques mois seulement sont donnés aux architectes impériaux pour restaurer Rambouillet et le mettre au goût du jour. Pour agrandir la cour, l’aile ouest du château est détruite à la dynamite, donnant ainsi à cette ancienne demeure une forme bien singulière.  

L’entrée principale est entièrement remaniée. Un escalier d’honneur à double rampe dessert désormais d’un côté le nouvel appartement de l’Impératrice, et de l’autre celui de l’Empereur. Ce dernier fait l’objet d’un traitement tout particulier, entièrement décoré dans le style néoclassique en vogue.  

Les communs aménagés au XVIIIe siècle sont restaurés. Ils contiennent les écuries et la vénerie, ainsi qu’un certain nombre d’appartements qui serviront à loger les membres de la cour lors des séjours impériaux. 

Les jardins ne sont pas oubliés. Près de 40 000 arbres sont plantés. Les canaux sont nettoyés et reçoivent une flottille avec mariniers en uniforme, chargée de promener l’Empereur et ses proches en barques.  

Dessin représentant l'architecture du château avant et après la destruction de l'aile Est à la dynamite par Napoléon Ier
Château avant et après la destruction de l'aile Est

© Antoine Tchydémian-Meyer / CMN

L'appartement de l'Empereur

Aménagé dans l’aile ouest, côté cour, il se compose de trois pièces disposées en enfilade : une antichambre, une chambre, une salle de bains. Napoléon s’inscrit ici dans la tradition d’occupation du château : cet appartement a été de tous temps celui du maître de maison, jusque Louis XVI qui décide de le réserver à Marie-Antoinette.  

L'antichambre offre un espace d’attente aux invités, avant d’être reçus par l’Empereur dans la pièce suivante. Cette salle est aussi appelée le salon du Déjeûn. À chacun de ses séjours à Rambouillet, Napoléon y prend son petit déjeuner. Une console, quelques chaises lyre en acajou, un guéridon et un fauteuil composent le mobilier. La chambre, tendue de soie bleue, présente un lit baignoire, des fauteuils, une commode, un petit canapé bleu assorti aux tentures, un guéridon sur lequel l’Empereur aime travailler, ou encore un lavabo pour la toilette, fait d’acajou avec sa cuvette et son vase en porcelaine de Sèvres.

Dessin axonométrique représentant le mobilier du bureau, le lit avec baldaquin de la chambre et les décors peints de la salle de bains de Napoléon Ier après leur restauration
Vue axonométrique restituant l'état de l'appartement de Napoléon Ier

© Antoine Tchydémian-Meyer / CMN

Parmi ces trois pièces, la salle de bains présente le décor le plus foisonnant. Réalisé par Claude Godard, dans le pur style néoclassique, il s’étend sur les murs et le plafond. Sur un fond ocre inspiré des maisons de Pompéi, on y repère ses emblèmes : l’aigle et l’abeille, son chiffre « N », la croix de la Légion d’honneur (ordre créé en 1802), et un grand nombre de références à l’Antiquité : des animaux mythologiques, des colonnes, des lyres ou encore des griffons.  

 

 

 
Aperçu de la salle de bains de Napoléon Ier avec son décor peint et sa méridienne blanche
Salle de bains de l'Empereur

© Jean-Pierre Delagarde / CMN

Des médaillons peints par Jean Vasserot agrémentent l’ensemble. À l’origine, ceux-ci présentaient les portraits des membres de la famille impériale. Mais l’Empereur trouvant cela inconvenant, demanda à l’artiste de les modifier. Prennent alors place des vues de sites, châteaux ou monuments en lien avec ces mêmes personnes, destinées à remplacer leurs portraits tout en permettant de les identifier. 

Fermé depuis l'été 2022, l'appartement de l'Empereur fait peau neuve ! Dès le 10 décembre 2023, redécouvrez ses pièces entièrement restaurées et remeublées pour une immersion assurée dans l'atmosphère de la vie privée et intime de Napoléon à Rambouillet. En savoir plus 

Décor peint de forme circulaire représentant une fontaine dans un parc autrichien, pays d'origine de Marie-Louise, seconde épouse de Napoléon Ier
Vue de la fontaine romaine du parc de Schönbrunn, par Jean Vasserot. Médaillon associé à Marie-Louise

©Benjamin Gavaudo / CMN

  • 20 000 francs C'est la somme léguée à Hébert, concierge de Rambouillet et inscrite par l’Empereur dans son testament. Voici assurément un domaine auquel Napoléon est attaché ! Il décide d’ailleurs d’y passer sa dernière nuit le 29 juin 1815, sur la route de son ultime exil.

à découvrir aussi