Travaux de restauration au château de Rambouillet

25 janvier 2016 Chantier

En février 2015, de lourds et hauts échafaudages ont recouvert l'aile Ouest du château de Rambouillet, témoignant ainsi du lancement d'une restauration de grande ampleur.

  

Le château se refait ainsi une beauté, sous l’impulsion du Centre des monuments nationaux. Les toitures, montées en 1961, seront remises à neuf, tandis que façades et menuiseries recevront les soins des divers artisans en vue d’améliorer la présentation d’ensemble du château.

Prévus jusqu’en 2017, ces travaux concernent l’ensemble du monument, corps de logis principal inclus.  Cette restauration de l’enveloppe extérieure du château est une étape indispensable avant d’envisager la rénovation des salons intérieurs. 

Le château ferme ses portes au printemps 2016 et pour toute la durée des travaux. Toutefois, les jardins, la Laiterie de la reine Marie-Antoinette et la Chaumière aux coquillages demeurent ouverts à la visite.

  

Que voir pendant les travaux de restauration du château ?

    

La diversité des jardins historiques

L’ensemble du bâti se développe au cœur d’un véritable écrin de verdure d’environ 150 hectares et composé de jardins aménagés à différentes époques : jardin régulier dit « à la française », jardin anglo-chinois, arboretum et jardin paysager du XIXème siècle invitent les visiteurs à une agréable promenade champêtre.

Et pourquoi ne pas découvrir ses jardins en rosalies, véhicules électriques ou même en barques ? Pour plus de renseignements, rendez-vous ici

   

La Laiterie de la reine et la Chaumière aux coquillages

Ces deux fabriques de jardin n’ont rien à envier au château. Ouvertes à la visite en parcours commentés, elles invitent le visiteur à pénétrer dans l’atmosphère délicate de la vie nobiliaire de ce XVIIIème siècle des Lumières.

La Chaumière aux coquillages est aménagée dans les années 1770 dans le nouveau jardin anglo-chinois commandé par le duc de Penthièvre. Conçue comme un cadeau pour sa belle-fille, la princesse de Lamballe, cette fabrique destinée à orner le jardin offrait une halte bienvenue au cours d’une longue promenade. Alors que l’extérieur semble très rustique, le salon intérieur développe un décor de coquillages d’une rare qualité.

En 1783, Louis XVI acquiert le domaine de Rambouillet, qui devient alors résidence royale. Souhaitant attirer Marie-Antoinette dans sa nouvelle demeure, Louis XVI commande à ses plus grands artistes l’aménagement d’une laiterie d’apparat. Jacques-Jean Thévenin, architecte du roi, Hubert Robert, dessinateur des jardins du roi, ou encore Pierre Julien, sculpteur, associent leurs talents et offrent à la reine un véritable petit temple dédié au lait.

Ces deux fabriques déclinent à elles-seuls les grands principes prônés à l’époque des Lumières : retour à la nature et néoclassicisme.